À l’intérieur du festival de Kawagoe
<< Accueil | À l’intérieur du festival de Kawagoe

Après avoir appris l’histoire du festival et regardé tous les préparatifs, nous sommes heureux de finalement assister au festival ! Le dimanche 20 octobre, deuxième et dernier jour du festival, nous arrivons à Kawagoe vers 9 heures du matin. Les seules personnes dans les rues à cette heure sont les propriétaires de stands qui s’affairent à préparer la nourriture pour la journée. Nous nous dirigeons vers l’hôtel de ville de Kawagoe où notre aventure va commencer.

Juste en face de l’hôtel de ville se trouve le Shojo dashi, le char appartenant à la ville de Kawagoe. Avec un groupe d’enfants, nous allons tirer ce dashi à travers la ville !

La poupée au sommet de ce dashi est le Shojo, une créature fictive d’une pièce de théâtre nô célèbre pour son amour du saké.

Nous nous regroupons tous et chacun d’entre nous reçoit un manteau hanten et une serviette tenugui. Ils portent les inscriptions « Kawagoe » et « Festival de Kawagoe – Première année de l’ère Reiwa ». Ensuite, nous apprenons comment tirer le dashi. Deux longues cordes sont attachées à l’avant du char et elles seront tirées par deux rangées de personnes. Nous devons faire attention aux signaux du sairyou, le superviseur chargé de diriger le dashi. Il est équipé de deux bâtons en bois appelés hyoshigi qu’il frappe : deux coups signifient « allez » ; un coup signifie « stop ». Beaucoup de gens tirent le dashi, donc la coordination est très importante. En tirant le dashi, tout le monde chante « Sore ! Sore ! » (prononcé « so-reh »).


Nous nous mettons tous en position et saisissons la corde. Avant le départ, les artisans chantent une chanson appelée « Kiyari ». C’est un chant qui est traditionnellement chanté quand une foule déplace des objets lourds comme du bois ou des rochers. Après cela, deux coups de bâton résonnent fortement dans l’air et nous commençons à tirer.

Nous commençons à parader le dashi à travers les rues de Kawagoe. Les familles des enfants et les autres badauds nous accompagnent. Les gens nous sourient et nous saluent par les fenêtres et les balcons. Chaque fois que nous rencontrons un autre dashi, le sairyou nous fait signe de nous arrêter pour permettre aux musiciens de se saluer mutuellement en interprétant la musique traditionnelle hayashi.

La partie la plus difficile, c’est quand le dashi doit tourner, c’est là qu’il faut tirer le plus fort !

Après environ une heure, nous retournons à la mairie. Mes mains sont un peu douloureuses, mais je suis tout excitée de cette expérience. Il reste encore un peu de temps avant le prochain événement, alors nous nous promenons librement dans la ville. Le matin, il n’y a pas trop de monde. L’atmosphère est très détendue et il est facile de se promener. Nous tombons sur d’autres dashi que nous pouvons examiner de près. Nous apprécions également les performances musicales de hayashi. Les participants les plus expérimentés se produiront la nuit. Pendant la première partie du festival, beaucoup des participants sont des enfants.


Sur les 29 chars existants, 18 participent au festival cette année

Avant 13 h 30, nous nous dirigeons vers nos sièges de spectateurs d’où nous regarderons le défilé. Pendant le défilé, chaque char dashi emprunte le même itinéraire, et un par un, ils parcourent les routes principales de la partie centrale de Kawagoe. C’est la meilleure façon d’admirer confortablement tous les chars. On peut admirer les tenues de chaque groupe, les différentes poupées et styles de dashi. Les musiciens de hayashi jouent également différentes chansons que nous pouvons apprécier à notre aise.


Les gens s’amusent peu importe leur âge

Au fur et à mesure que le soleil se couche, les rues deviennent de plus en plus encombrées et l’air se remplit d’excitation. Tout le monde attend le clou du festival, le Hikkawase. À 18 h 30, les dashi commencent à parcourir les rues, éclairés par des lanternes en papier, chacun empruntant un itinéraire différent. Lorsque deux ou plusieurs dashi se rencontrent, ils utilisent leur scène tournante pour tourner et se faire face dans une « joute musicale » animée et amicale. Les interprètes de hayashi sont beaucoup plus énergiques pendant le Hikkawase. Sur le terrain, des personnes tenant des lanternes applaudissent et crient dans une explosion d’énergie. Nous ne pouvons qu’être admiratifs devant cet incroyable spectacle.
Le festival se poursuit jusqu’à 21 heures. Vers 20 heures, nous décidons de retourner à la gare, avec le son des célébrations toujours dans nos oreilles et une expérience incroyable dans nos cœurs.


Quatre chars différents se rencontrent et exécutent le hayashi

Pendant le festival de Kawagoe, les rues sont bordées de centaines de yatai (stands de nourriture). De nombreux magasins et restaurants de Kawagoe et Saitama proposent des friandises spéciales uniquement disponibles pendant le festival. Pendant la durée de l’événement, nous avons la chance d’essayer des collations et des boissons originales de Kawagoe.

andes de pâte cuite au four ont une texture très légère et feuilletée et sont enrobées de cassonade. Bien que ce soit une friandise bien connue au Japon, Kawagoe est célèbre pour cette version surdimensionnée. Idéal pour partager avec des amis.

Les galettes de riz senbei sont l’une des collations les plus courantes au Japon, mais ces friandises particulières sont soufflées comme une boule. Habituellement assaisonnées de sauce soja, elles sont agréablement croquantes et creuses à l’intérieur.

Cette collation inhabituelle est une spécialité de Kawagoe. Lorsque vous approchez de ce stand, vous verrez un homme chauffant des calmars séchés sur un brasero à charbon et les pressant avec un rouleau jusqu’à ce qu’ils deviennent fins et très, très longs ! Ensuite, il les enroule et vous les donne. Ils sont légèrement moelleux et très savoureux.

Kawagoe est célèbre pour la patate douce. Vous trouverez ici d’innombrables bonbons et collations préparés avec celle-ci. L’une des plus populaires sont les chips osatsu, de longues tranches de patate douce transformées en chips croustillants. Nous les avons dégustés avec une sauce au beurre divine.


Nous avons marié un verre de bière Coedo avec des dango de Kawagoe
très parfumés et garnis de pâte de patate douce

Coedo est une bière artisanale bien connue au Japon et la brasserie Coedo est originaire de Kawagoe. Pendant le festival, attendez-vous à voir de nombreux stands proposant différentes variétés de bière en fût ! La IPA Marihana citronnée, la Pilsner Ruri claire, la bière noire Shikkoku ne sont que quelques-uns des choix. Vous serez sûr de trouver la bière qui convient à votre palais.


Le saké bu d’un masu a un arôme boisé agréable

Kawagoe ne se limite pas uniquement à la bière. La brasserie de saké locale Kagamiyama prépare des fûts de saké spéciaux qu’ils ouvrent juste pour le festival. Ce saké n’est pas mis en bouteille et ne peut donc être dégusté qu’ici. Vous pouvez l’obtenir dans une tasse en plastique ou dans un masu en bois (que vous pouvez garder !).

Le festival de Kawagoe était amusant, excitant et gratifiant. Tirer un char dashi était une expérience incroyable. J’ai appris ce que c’est que de faire partie de l’événement, de rire et de transpirer tous ensemble. Voir de jeunes enfants exécuter le hayashi et participer à une tradition aussi ancienne était touchant. Ce festival unique ne ressemble à aucun autre événement auquel je suis allée et je le recommande à tous ceux qui veulent découvrir la culture japonaise de manière plus profonde.